<< prédédente | dernière image postée | suivante >>
24 mars 2013 // Gallerie des ancêtres
24 mars 2013 // Gallerie des ancêtres »

Que faisons nous de nos photos ?
Voilà plus de dix ans que je pratique avec une certaine ferveur la photographie. Des centaines, des milliers de clichés accumulés sur mes disques durs. Beaucoup perdus au gré des différentes péripéties informatiques. Peu - très peu - couchés sur papier. Encore moins encadrés et accrochés aux murs.
A moi seul j'ai dû prendre plus de photos que mes parents, grands parents et probablement que l'ensemble de mes aïeux depuis Nicéphore Niepce.

Évidemment, les photos d'antan avaient valeur de patrimoine familial et prendre la pose devant l'objectif était un acte solennel et rare rythmant les grandes étapes de la vie.
Notre rapport à l'image a changé au point que nous nous photographions parfois plus que nous nous voyons. Comme si immortaliser chaque non-événement pouvait donner de la consistance à nos quotidiens.
Le partage se fait de plus en plus dans l'instantané, une image chassant immédiatement l'autre, une icône ne durant que le temps d'un clic de souris.

Et pourtant en quelques cadres laissées sur le toit poussiéreux de son armoire, mamie transmet bien plus de son histoire que les centaines de photos que j'ai pris d'elle.

Au delà des poses figées et convenues, un regard, une posture, un détail vestimentaire... les non dits des photos d'époque touchent là où notre art consommé de la pose a tendance à stéréotyper nos modernes clichés. Quand un seul portrait nous reste d'un visage depuis longtemps disparu, on s'attache à chaque indice : pli au coin de la bouche qui paraît familier, fierté dans le regard qu'on aimerait reproduire, raideur dans les mains qui ont peu touché, traits du visage dont on a hérité.

Je ne sais pas si les générations futures auront même concrètement accès à la masse quasi surréaliste des images que nous accumulons.
Encore moins si elles sauront y lire les histoires que nous essayons d'immortaliser. La profusion tue sans doute la narration.
A nous d'inventer d'autres façon de nous raconter...








Commentaires : ( 1)

  • Il y a peu de temps, j'ai compris que le plus beau meuble où je posais mes photos était mon ordinateur ou mon portable. Ma grand-mère prenait un chiffon pour dépoussiérer de temps en temps le meuble du salon où nos photos trônaient avec celles de ses aïeuls, les miens par extension.
    Aujourd'hui, le coin de mon écharpe suffit à nettoyer l'écran d'un iPhone qui comporte parfois 3000 visuels mais une telle insécurité comme héritage à transmettre à mes enfants ou amis.
    Ce dont je suis certaine ce jour, c'est que toutes les photos, sur papier glacé, affichées dans mon cocon de chez moi, sont celles qui dessinent les visages dans ma vie des gens que j'aime, qui sont chers à mon cœur. Ma fille me disait récemment : "quand je prends une photo, c'est que j'aime"
    Et le constat sont dans Mes photographies sur mon mur et mes portes qui parlent d'elles-même. Et puis, ces visages là, savent venir chez moi comme si c'était chez eux.
    Pour ce qui est des vieux clichés de mes grands-parents ou arrières-grands parents... Ils ont pris place dans ma grande planche à dessins, un lieu où tout se dessine encore...
    « Une photo ? C'est l'instant qui s'arrête, les sentiments qui demeurent et la vie qui s'en va. »

    Je crois que ton billet "galerie des ancêtres" restera un de mes chouchous de tes écrits.
    Raboussot @ 2013-03-31 01:14:14


Ajouter un commentaire

 Message:
 

            Nom:
 

            URL:
 

            Se souvenir de moi

           

Images précédentes:
20 septembre 2012 // Lettre à Mamie4 novembre 2012 // Le jour avant la liberté15 décembre 2012 // Sur ses lèvres01 février 2013 // Elle est revenue pour nous dire...24 mars 2013 // Gallerie des ancêtres







Les créations de ce site sont mises à disposition sous un contrat Creative Commons.



RESF

Reporters sans frontières

Photoblogs.org
View My Profile