<< prédédente | dernière image postée | suivante >>
16 juin 2004 // Matche nul
16 juin 2004 // Matche nul »

En direct de l’Européenne 2004, où le coup d’envoi est donné sans préalable ni concertation aucune entre les deux équipes.
Rappelons pour les spectateurs qui auraient pris nos programmes en cours que s’affrontent aujourd’hui les Pronusiens et les Antitout pour un matche sans grand enjeux mais totalement inamical.

Mr Chirac, arbitre que d’aucuns jugent partial, donne le coup d’envoi, alors qu’il vient de décider unilatéralement que les Antitout bénéficient du premier ballon.
Sarko passe vigoureusement à  De Villier, qui se la joue perso et s’enferme cà´té droit.

Tacle musclé de Buffet pour les Pronusiens. Suspectée de dopage, elle s’enfonce dans la défense adverse et fait une passe imprécise à  Hollande, son capitaine de facto. Manque flagrant de coordination semble dire le leader dans un soupir mou.

Récupération Pasqua qui s’essouffle déjà  (on ne sait toujours pas comment il a pu figurer parmi les titulaires). Il passe poussivement à  Giscard, qui s’effondre sans plus attendre (il est pressenti pour siéger à  la commission réglementations des boissons et quartiers d’oranges).

Fabius, chemise ouverte, teint halé, crâne poli, tente un tir direct, manque la lucarne mais frappe son coéquipier Lang dans la nuque. Perte de dentier et de connaissance. Les brancardiers interviennent et lui administrent son champagne-caviar favori. Il se relève tout sourire devant les caméras.

Le jeu reprend avec Jupé qui tire contre son camps, se ressaisit et file droit dans ses crampons vers le camps adverse.
Passe à  Bayrou qui ne semble pas savoir dans quelle équipe jouer. Sarko reprend tout à§a en main, sous le regard médusé de Raffarin, capitaine malgré lui.

Royal se précipite pour le contrer, sans oublier de rester simple et mère parfaite dans sa course effrénée.

Coup de sifflet !

L’arbitre Chirac décrète un penalty totalement... arbitraire. Comment va t’il justifier un telle sanction alors qu’il n’y a pas encore eu de contact entre les deux joueurs. Il ne justifie rien et expulse tout de go Lipietz qui se posait en médiateur.
C’est Saint Josse qui va tirer le penalty. Il prend son élan, titube, sort un fusil de ses grandes chaussettes, vise Laguiller qui l’insulte depuis ses buts. Mort d’un supporter. Chirac accorde le but.

Mamère proteste, Chirac le traite de PD. Le nazillon Le Pen éructe depuis sa tribune, arrosant de bave la chevelure pourtant abondante de sa fille.

Les esprits s’échauffent. Besancenot en profite pour s’emparer du ballon, le crève et hurle « mort aux vaches, vive l’anarchie ».

Hollande s’estime vainqueur par occupation du terrain. Raffarin pense que ce beau matche n’a aucune importance. Chirac s’en fout complètement tant qu’il est l’arbitre. Et chacun se dit que quand même, il pourrait y avoir un peu plus de supporters.

Au final, un matche médiocre, bourré d’irrégularités, sans spectateurs et surtout sans joueur magique capable de faire briller cette bien triste compétition.
Commentaires : ( 1)

  • i've no idea what you typed. but i get the feeling from the picture. great one
    eclipse-space @ 2006-01-21 07:01:52


Ajouter un commentaire

 Message:
 

            Nom:
 

            URL:
 

            Se souvenir de moi

           

Images précédentes:
01 mars 2004 // Louverture31 mai 2004 //  La tête dans les nuages16 juin 2004 // Matche nul25 juin 2004 // à‡a, c30 juin 2004 //  Demain peut-être







Les créations de ce site sont mises à disposition sous un contrat Creative Commons.



RESF

Reporters sans frontières

Photoblogs.org
View My Profile